L’époque où les personnes n’investissaient dans l’éducation qu’en début carrière est révolue. Les travailleurs doivent désormais constamment développer leurs compétences pour être en mesure d’exercer les métiers d’avenir et de s’adapter aux évolutions technologiques. Nous proposons de fournir aux travailleurs le temps nécessaire pour adapter leurs compétences ou pour se former en vue d’une reconversion. Nous recommandons d’accorder aux employés un congé annuel de formation de cinq à dix jours ainsi que le droit d’effectuer, tous les cinq à dix ans, un semestre complet de formation dans le cadre d’un congé sabbatique. Les travailleurs ne pourront avoir de chances équitables de s’épanouir au sein du marché du travail futur que si les gouvernements, les employeurs et les employés développent de nouvelles solutions ensemble.

Les évolutions récentes de la gouvernance mondiale (élection de Donald Trump, déstabilisation de la scène internationale par le retour de la menace nucléaire) et du contexte géopolitique européen (Brexit, crise ukrainienne, conflit en Syrie et en Irak, déstabilisation en Libye et terrorisme au Sahel) ont à nouveau porté la question de l’Europe de la défense à l’ordre du jour. Il importe alors d’une part d’examiner comment l’Europe de la défense s’est structurée et pourquoi elle n’a pas fonctionné jusqu’à présent ; d’autre part de souligner qu’elle n’implique pas nécessairement une perte de souveraineté des États sur ce domaine régalien, mais une coopération accrue. Celle-ci permettrait enfin à l’Europe de se doter de l’autonomie stratégique et, à long terme, d’une culture stratégique et militaire communes nécessaires à sa sécurité, à sa prospérité, et à la défense de son modèle dans le monde.

Notre approche est pragmatique : comment construire l’Europe de la défense de demain sans se retrouver à nouveau dans l’impasse de l’unanimité requise pour tout changement communautaire en matière de politique de défense ? La réponse à cette question se construit en trois étapes :

1 ) En comblant le manque stratégique actuel par l’élaboration d’un livre blanc européen qui inclurait les visions stratégiques d’ensembles régionaux regroupant les États membres autour d’enjeux sécuritaires communs, et qui guiderait le renforcement de la coopération opérationnelle et la consolidation de la base industrielle et technologique de défense européenne, fer de lance de l’interopérabilité de nos armées ;

2 ) En faisant émerger une voie conciliant les scénarii b) et c) conçus par la Commission européenne en 2017, voie qui permet d’aboutir à une Europe de la défense intégrée et respectueuse des souverainetés et priorités stratégiques nationales ;

3 ) En capitalisant sur les outils qui ont déjà été développés, mis en place et acceptés par les États.

Ce rapport a donc pour objectif de proposer un calendrier ambitieux d’approfondissement de l’Europe de la défense sur les bases des outils existants. Le modèle proposé dans ce rapport est inclusif en ce qu’il cherche à associer tous les États membres de l’Union autour de priorités stratégiques communes ; opérationnel, grâce à l’optimisation de l’utilisation des ressources militaires nationales ; complémentaire et non concurrent à l’OTAN par son approche proprement européenne des questions de sécurité et de défense.

Dans les efforts déployés par les États et les institutions européennes, nous considérons qu’un soin particulier doit être accordé à la définition d’une vision stratégique commune et de stratégies régionales, conditions sine qua non de la réalisation de l’autonomie stratégique de l’Europe et de sa capacité à agir efficacement et avec crédibilité sur la scène internationale. Pour ce faire, toutes les voix doivent être entendues et prises en compte.

ACCÉDER AU RAPPORT

La digitalisation a libéralisé et démocratisé les médias d’information, pour les producteurs comme pour les consommateurs. Mais comment mieux s’orienter dans ce labyrinthe médiatique toujours plus large et complexe ? C’est le sujet de la première d’une série de trois Argo-Notes traitant de l’évolution des fondements économiques et psychologiques des médias numériques. Dans L’Économie de l’Attrape-Clics, nous présentons les lois changeantes du marché médiatique, reconnaissant à la fois les bons et mauvais côtés de sa libéralisation. Nous proposons des solutions pour que les internautes aient les bons outils pour naviguer de manière avertie et productive dans cet univers médiatique changeant. Dans les deux Argo-Notes qui suivront, nous nous attarderons sur le financement de ces médias en ligne et sur les dangers que représentent les bulles d’information et les biais de confirmation pour la démocratie moderne.

Read in English here

Dans la foulée de l’élection d’Emmanuel Macron le 7 mai dernier, les Français éliront les 11 et 18 juin prochains leurs députés dans les 577 circonscriptions du territoire français ainsi que des Français de l’étranger.

Ce scrutin est inédit de par la recomposition de l’échiquier politique français qu’il laisse présager : d’une part, 483 députés sortants sur 577 appartiennent aux deux grands partis historiques Les Républicains (LR) et le Parti Socialiste (PS), mis à mal par leur défaite respective à l’élection présidentielle. D’autre part, le parti en position de force, La République En Marche ! (LREM), n’a qu’un peu plus d’un an d’existence et est composé pour moitié de candidats sans expérience politique préalable tandis que l’autre moitié intègre des personnalités aux sensibilités politiques hétéroclites.

Ainsi, ces spécificités rendent plus délicat l’exercice de pronostics tout en faisant émerger de nouveaux enjeux.

Cette publication est la première réalisée avec nos partenaires foraus et Polis180 dans le cadre du réseau international de think tanks participatifs foraus que nous avons rejoint.

Soixante ans après la signature du Traité de Rome, nous publions ensemble cinq idées pour renouveler la coopération européenne. Celles-ci ont été proposées par des contributeurs français, allemand et britannique. Un jury européen (France, Suisse, Royaume-Uni) les a sélectionnées à partir des 20 contributions d’origine.

Deux d’entre elles proviennent de la communauté Argo :