#Europe2017

Argo Eclairage : #Europe2017

En 2017, les citoyens français élisent le huitième président de la Vème République. Mais il s’agit aussi d’une année critique et décisive pour le projet européen. Critique car, dans un contexte international troublé, nombreux sont les citoyens qui doutent aujourd’hui du rôle de l’Union européenne et de sa capacité à faire face aux défis de demain. Décisive car, sur fond de célébration du soixantième anniversaire du Traité de Rome et d’élections majeures en France, en Allemagne et dans d’autres pays du continent, elle représente un moment clef où le projet européen peut stagner, s’arrêter, être redéfini ou relancé.

Nous avons ainsi souhaité proposer, dans cette série d’Argo Éclairages intitulée #Europe2017, une analyse des programmes de politique européenne des principaux candidats à la présidence de la République. Chacune s’articule autour d’une présentation synthétique du projet européen des candidats, suivie de l’analyse de plusieurs des mesures proposées.

Considérant que le devenir du projet européen est un enjeu déterminant pour l’avenir de tous, nous souhaitons ainsi contribuer à replacer cette thématique au centre des débats. Nous voulons témoigner du fait qu’il est du ressort de tous les citoyens de porter un regard intéressé et critique sur les propositions formulées au cours de cette campagne présidentielle. Pour cette raison, nous vous encourageons à utiliser le hashtag #Europe2017 sur les réseaux sociaux, que ce soit pour nous interpeller, évoquer des points que vous auriez souhaité voir traités, relever des imprécisions ou relayer des questions auprès des candidats.

Découvrez notre infographie comparant les programmes de chaque candidat :

(Cliquez pour agrandir)

 


Quelle Europe pour François Fillon ?

Dans son programme pour l’Europe, François Fillon exprime une vision mettant l’accent sur le fonctionnement intergouvernemental de l’Union. Cela concerne particulièrement la gouvernance de la zone euro, qu’il prévoit dans le même temps de renforcer. Le projet dessine par ailleurs un durcissement de la politique migratoire et des positions françaises et européennes sur les enjeux économiques et commerciaux internationaux ainsi qu’une augmentation de l’effort de défense des États membres.

L’imprécision de certaines propositions sur la gouvernance de la zone euro, telles que présentées dans le projet actualisé du candidat le 13 mars, rend peu aisée l’évaluation de leurs modalités et de leurs conséquences précises. Dans d’autres domaines, la capacité à mettre en place les mesures proposées s’avère fortement dépendante de la volonté des autres États européens, que la France peut encourager mais pas contraindre. On relève enfin que plusieurs éléments paraissent susceptibles d’entrer en contradiction avec des traités et engagements européens et internationaux : leur mise en œuvre pourrait être impossible ou entraîner des condamnations et mesures de rétorsion.

#Europe2017 – François Fillon

 

Quelle Europe pour Benoît Hamon ?

Benoit Hamon semble vouloir aller vers une Union européenne plus sociale, moins libre-échangiste. La véritable rupture tient à la volonté d’une sorte de fédéralisme sur certains aspects de l’Union et d’un recours à la création monétaire pour financer la transition écologique.

Sa vision de l’Union européenne implique des modifications mais a priori pas de remise en cause fondamentale des institutions ni des traités fondateurs. Ses propositions sont davantage d’ordre technique sur les sujets les plus d’actualité. Elles demandent cependant des accords entre États sur des sujets sensibles, voire parfois des révisions des traités. Un président de la République française pouvant impulser des projets au niveau européen mais non pas les imposer, une part importante du programme de Benoit Hamon pourrait s’avérer difficile à mettre en œuvre.

#Europe2017 – Benoît Hamon

 

Marine-Le-Pen

Quelle Europe pour Marine Le Pen ?

Le programme de Marine Le Pen met l’accent sur la souveraineté, la préférence nationale et le protectionnisme économique. Elle compte mettre fin à toute intervention européenne dans les choix politiques français, notamment dans les domaines monétaire, migratoire et économique ainsi que sur les processus législatifs. Pour ce faire, elle souhaite engager un référendum sur l’appartenance de la France à l’Union européenne dès son arrivée éventuelle à la présidence de la République.

La majorité de ses propositions semblent, politiquement ou juridiquement, impossibles à mettre en œuvre sans sortir de l’Union. A défaut de sortie, le programme de Marine Le Pen apparait en contradiction avec plusieurs traités et engagements européens et internationaux, qui pourraient rendre son application sujette à des condamnations et sanctions.

#Europe2017 – Marine Le Pen
#Europe2017 – Marine Le Pen (English version)

 

Emmanuel-Macron

Quelle Europe pour Emmanuel Macron ?

Emmanuel Macron se positionne en pro-européen dans une Europe redynamisée et à deux vitesses : une zone euro considérablement renforcée et intégrée, avec un budget commun et un ministre des Finances, et une Union davantage axée sur l’intergouvernemental selon la volonté des Etats.

Pour autant, nombre de ses propositions demandent des révisions des traités et une volonté commune de la part des autres États membres. De ce fait, et dans le contexte actuel, leur mise en œuvre pourrait s’avérer difficile sur un certain nombre de sujets.

#Europe2017 – Emmanuel Macron
#Europe2017 – Emmanuel Macron (English version)

 

Quelle Europe pour Jean-Luc Mélenchon ?

Jean-Luc Mélenchon fait le constat d’un échec de l’Union et estime que sa refondation passe par la création d’un rapport de force, notamment avec l’Allemagne. Pour ce faire, son projet européen s’articule en trois étapes :

  • – Dès son arrivée au pouvoir, prise de mesures de sauvegarde unilatérales ne respectant pas les traités européens ;
  • – Une fois ces mesures unilatérales appliquées, mise en œuvre d’un plan A, c’est-à-dire une renégociation des traités afin d’aboutir à une autre Union. Le fruit de ces négociations serait alors soumis à un référendum A noter cependant que la nature des mesures de sauvegarde que Jean-Luc Mélenchon voudrait mettre en place en amont des négociations risquent de les rendre particulièrement difficiles ;
  • – En cas d’échec du plan A, un plan B qui tient davantage de la sortie unilatérale des traités de la France et potentiellement la négociation d’autres formes de coopérations.

Le programme européen de Jean-Luc Mélenchon apparait comme un ensemble construit, mais la nature des mesures de sauvegarde qu’il voudrait mettre en place en amont des négociations du plan A parait susceptible de les rendre particulièrement difficiles. De ce fait, l’application de ce programme est susceptible de mener au plan B, c’est-à-dire à une sortie unilatérale de la France qui présente d’importants risques tant pour le pays que pour l’avenir du projet européen.

#Europe2017 – Jean-Luc Mélenchon

 

 

Publié le 23/03/2017