Affaires culturelles

De Mai 2017 à Janvier 2018

Durant la campagne, Emmanuel Macron avait livré sa vision d’une politique culturelle ambitieuse notamment adossée à des engagements forts : donner le goût de la culture, soutenir les artistes, protéger l’indépendance éditoriale des médias d’information… tout en maintenant le budget alloué à la culture.
À ce stade, le bilan demeure contrasté car force est de constater que le chantier Culture est en retrait par rapport à d’autres pans du programme du candidat Macron dans la première année de son exercice du pouvoir. Si le budget a effectivement été maintenu, beaucoup de mesures n’ont fait l’objet d’annonces claires de l’exécutif ; et restent donc à entreprendre.

 

 


Légende

Promesse tenue
Promesse confirmée et en chantier
Promesse sans action communiquée à date
Promesse non tenue

Donner le goût de la culture

Généraliser l’accès à l’éducation artistique et culturelle
Ouvrir les bibliothèques en soirée et le week-end
Créer un Pass Culture de 500 € pour les jeunes de 18 ans, leur permettant d’accéder aux activités culturelles de leur choix

Si Emmanuel Macron avait souhaité généraliser l’accès à l’éducation artistique et culturelle, le déploiement de cet engagement n’a pas été engagé, même si il a été réaffirmé par les ministres de la Culture, de l’Education Nationale mais aussi de l’Enseignement Supérieur.
Par ailleurs, malgré les propositions à venir de la Mission Orsenna, l’ouverture des bibliothèques en soirée et le dimanche reste à concrétiser.
Quant à l’instauration d’un Pass Culture de 500 euros dédié aux jeunes de 18 ans, le ministère de la Culture a annoncé sa mise en œuvre courant 2018, malgré un champ d’action restant à définir.

 

Réinventer la politique culturelle

Maintenir le budget de la culture
Les autres engagements sont disponibles ici

Le budget du ministère de la Culture est préservé par la loi de finances pour 2018, à hauteur de 10 milliards d’euros.
Les promesses affichées en termes de professionnalisation et d’ouverture des nominations dans le secteur culturel, ainsi que de rationalisation du réseau des institutions culturelles françaises à l’étranger restent toutefois à mettre en œuvre.

 

Soutenir les artistes et la création

Favoriser la diffusion du spectacle vivant notamment en multipliant les spectacles coproduits ; adapter le soutien au cinéma et à l’audiovisuel aux nouveaux formats
Investir dans les industries créatives et culturelles françaises en créant un fonds d’investissement dédié de 200 millions d’euros
Les autres mesures sont disponibles ici

L’investissement dans les industries créatives et culturelles françaises via la création d’un fonds d’investissement de 200 millions d’euros reste à matérialiser. De même, l’adaptation du statut d’intermittent du spectacle et l’adaptation du soutien au cinéma et à l’audiovisuel aux nouveaux formats restent à concrétiser.
Toutefois, le projet de loi pour un État au service d’une société de confiance, adopté en première lecture par l’Assemblée nationale le 30 janvier 2018, favorise la diffusion du spectacle vivant en s’attachant à simplifier et clarifier le régime de délivrance de la licence d’entrepreneurs de spectacles vivants.

 

Redonner du sens à l’idéal européen

Créer les conditions de l’émergence d’un « Netflix européen »
Les autres mesures sont disponibles ici

L’engagement de création des conditions favorables à l’émergence d’un « Netflix européen », solution avancée pour permettre à l’audiovisuel public de lutter contre les distributeurs et producteurs américains diffusant à la demande sur Internet, n’a pas encore fait l’objet de mesures concrètes.

 

Protéger l’indépendance éditoriale des médias d’information et conforter les médias de service public

Rapprocher les sociétés audiovisuelles publiques pour une plus grande efficacité et une meilleure adéquation entre le périmètre des chaînes et leurs missions de service public.
Les autres mesures sont disponibles ici

La rationalisation de l’audiovisuel public fait partie des objectifs affichés par le Gouvernement en matière de politique culturelle, les chaînes se voyant reprocher leur instabilité financière et leur absence de vision stratégique de long terme. En dépit des coupes budgétaires de 50 millions d’euros contenues dans la loi de finances pour 2018, les principes d’une réforme de l’audiovisuel public, probablement articulée autour d’une stratégie de rapprochement de chaînes, restent à définir. Un projet de loi en ce sens pourrait être présenté à la fin de l’année 2018.

 

 

Cet Argo Éclairage a été écrit par Clément Royer (clement.royer@edhec.com)

Publié le 13/02/2018